Les vérités différentes en apparence sont comme d'innombrables feuilles qui paraissent différentes et qui sont sur le même arbre.Gandhi
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Les cours vont reprendre. Plus d'information à venir


Facultatif. Club Botanique. Inscription auprès de Mr Go Tae Song. Lieu : La Serre ( Jardin)
Cour technique de Combat, extérieur (tenus sport obligatoire)
Cour de maitrises pourvoir (Rentrée 1#) Salle Maitrise des Pouvoir, cour Obligatoire

Partagez | 
 

 Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 11:19

Tout était si calme...j'entendais juste ce battement de coeur...Pas le mien, je savais à qu'il était. Je sentais ces bras autour de moi. Sa respiration, l'odeur de sa chemise...j'ouvrais tranquillement les yeux...La première que je vu est la lumières du soleil à travers mes carreaux. Je sentais sa chaleur, même si la fenêtre était fermé.Je sentais ma main dans la sienne...Je relevais la tête doucement. Il dormait encore...Je m'étirais doucement. Je voulais remonter légérement pour l'embrasser juste au coin de la lèvre...Mais quelque chose génait mon poignet...les menottes...c'est là que tout revenait...J'aurais voulut rester dans cette état de bien être, le temps de quelques seconde de plus . Je ressentais tout ce poids sur moi.
On s'étaient tout les deux écrouler comme des masses. Je regardais ma montre, 8h...hein... je tournais la tête vers mon réveil. Il était 8h, le 9 septembre ! on avait dormit avait plus de 30h....et joshua dormait encore... attend ? ... par reflexe, je vérifia le haut de sa main....C'est bon, elle n'est pas gelée...
Cela veut dire, que luc et zek, sont en chemin....Il faudrait que je me lève.. ma migraine avait disparut... et mon ventre réclamait à manger.
Mais je voulais pas bouger... J'étais bien... cela allait être une bonne journée, je voulais y croire. Un journée qui commence dans ses bras, ne peut être qu'une bonne journée...Je voulais pas réfléchir, pas affronter le monde extérrieur, encore quelque minute . Je fermais les yeux, je voulais juste me concentrer sur son coeur...C'est là que je réalisais que je n'avais pas fait de cauchemard depuis plusieurs jours...Cela était,j'en suis sûre une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 15:07

Je suis dans le salon de mes parents. Le silence. Il y a ce silence pesant. Je sais ce qu'il annonce. Le calme avant la tempête. Je regarde mon père quitter la pièce sans me jeter un seul regard.
Je suis seul, seul avec elle.
"Je suis désolé maman...
- Comment as-tu pu faire ça ?! crie-t-elle."
Mon père met la musique, il est dans son atelier. Ma mère n'attend pas d'explication. Elle commence à hurler. Elle m'hurle que je suis une honte pour elle, pour tout ce qu'elle construit, sa réputation, son image, que je suis un insolent, qu'il faut que j'apprenne le respect.
Le respect.
Le prochain mot m'annonce la punition : il faut que j'apprenne la discipline. Discipline.
"Tu vois devoir apprendre à rester à ta place. Ta crise d'adolescence, crois-moi, je vais te la faire passer. Enlève ta chemise, récite."
Je me tourne, obéis, défait boutons après boutons. Je réfléchis, où étions-nous rendu ?
"Dépêche-toi JOSHUA !
- Dante Alighieri né en 1265 mort en 1321. Oeuvre : La Divine Comédie de Dante..."
Le premier coup contre mon dos, je retiens un cris, mes larmes.
" traduite en vers, tercet par tercet, avec le texte en regard par Louis Ratisbonne,.... 1870."
Les coups pleuvent sur mon dos, réguliers, mais je dois continuer de réciter :
"34ième chant :
« Vexilla régis prodeunt inferni
326
vers nous ; regarde donc, dit ensuite mon maître,
pour voir si devant toi tu les peux distinguer. »
Comme lorsque le vent entraîne un gros brouillard,
ou comme on voit de loin, quand sur notre hémisphère
la nuit tombe, un moulin
que le vent fait tourner,
tel je crus entrevoir de loin un édifice ;
et le vent m'obligeait à chercher un refuge
derrière mon seigneur, n'ayant pas d'autre abri.
J'étais (et je le mets dans mes vers en tremblant)
au point où les esprits enchâssés dans la glace
transparaissaient de même qu'un fétu dans le verre
327
.
Les uns restent debout et les autres couchés ;
l'un se tient sur la tête,
l'autre sur ses deux pieds
ou courbé comme un arc, touchant le front des pieds.
Quand nous fûmes enfin arrivés assez près
du lieu d'où mon seigneur crut bon de me montrer
l'être dont le regard fut jadis radieux,
s'effaçant devant moi, qui m'étais arrêté,
il me dit : « Voici Dite
328
; et voici le moment
où tu devras t'armer de ton meilleur courage. »
Si je perdis alors l'haleine et la couleur,
ne le demande pas, lecteur ; je ne saurais
le dire, car les mots ne pourraient y suffire.
– 201 –
Si je ne mourus pas, j'étais resté sans vie ;
avec un peu d'esprit, considère toi-même
comment j'étais alors, sans vivre et sans mourir.
C'est là que l'empereur du douloureux royaume
de la moitié du corps se dresse hors des glaces ;
et je ressemble mieux moi-même à des géants,
qu'un géant ne ressemble à l'un seul de ses bras ;
tu peux imaginer, lecteur, quel est l'ensemble
qui devrait correspondre à ce détail précis.
S'il était aussi beau qu'il est laid maintenant,
et s'il fronça le front contre son propre auteur,
c'est bien de lui que vient tout notre mal au monde.
À quel point ne devais-je rester abasourdi,
lorsque je m'aperçus qu'il avait trois visages,
l'un d'eux sur le devant et de couleur vermeille,
les deux autres collés aux bords de ce premier,
juste sur le milieu de l'une et l'autre épaule,
et venant se confondre au sommet de la tête.
Pour le visage droit, il semblait jaune et blanc ;
le gauche cependant semblait de la couleur
des gens qui vivent là d'où le Nil prend son cours.
Au-dessous de chacun sortaient deux grandes ailes,
telles qu'elles vont bien pour un pareil oiseau,
plus vastes que ne sont les voiles des navires.
Elles étaient sans plume et ressemblaient aux ailes de la chauve-souris ; et il les agitait
– 202 –
avec tant de fureur, que trois vents en sortaient,
si froids, qu'ils font geler les ondes du Cocyte.
Il pleurait des six yeux, et sur ses trois mentons
les pleurs coulaient, mêlés d'une bave sanguine.
Chaque bouche mettait un pécheur en lambeaux,
le broyant dans les dents comme avec une macque :
il châtiait ainsi trois damnés à la fois.
Pour celui de devant, la morsure des dents
n'était que peu de chose, auprès des coups de griffe
qui lui laissaient souvent toute l'échiné à nu.
« L'âme qui doit souffrir le tourment le plus grand
est, disait mon seigneur, Judas l'Iscariote,
dont la tête est dedans et qui bat l'air des pieds.
Et quant aux autres deux, qui restent tête en bas,
Brutus est celui-ci, qui pend au mufle noir ;
tu vois comme il se tord, sans souffler un seul mot !
Le dernier, qui paraît si fort, est Cassius
329
.
Mais voici que la nuit retourne, et il nous faut
partir dorénavant, car nous avons tout vu. »
Comme il me l'ordonnait, j'enlaçai donc son cou ;
puis il choisit l'endroit et le moment propice
et, les ailes étant suffisamment ouvertes,
il courut s'agripper à l'échiné velue
et se mit à descendre, en se tenant aux poils,
entre leur masse épaisse et la croûte gelée. Puis, étant arrivés à l'endroit où le flanc
s'arrondit pour former la grosseur de la hanche
330
,
avec bien de fatigue et de travail, mon guide
fit demi-tour, la tête où l'autre avait ses jambes
et s'accrochant aux poils, comme un homme qui monte,
pendant que je pensais retourner dans l'Enfer.
« Tiens-toi bien accroché, dit le maître haletant
de fatigue ; car c'est par de telles échelles
qu'il faut nous éloigner de la source du mal. »
Puis il sortit dehors, par le creux d'un rocher,
et me posa d'abord sur le rebord ; ensuite
il monta d'un pas ferme et vint auprès de moi.
Je cherchais du regard, et il me sembla voir
Lucifer à la place où je l'avais laissé,
mais je le vis rester avec les pieds en l'air.
Et si sur le moment j'en dus rester troublé,
je le laisse à penser aux esprits ignorants,
qui ne comprennent pas quel point
331
j'avais passé.
« Allons, dit mon seigneur, debout ! et repartons,
car notre route est longue et le chemin mauvais,
et le soleil est près de la tierce et demie. »
L'endroit où nous étions ne ressemblait en rien
au salon d'un palais : c'était une caverne
au sol irrégulier et presque sans lumière.
« Avant que, grâce à toi, je quitte cet abîme,
ô mon maître, lui dis-je, après m'être levé,
– 204 –
parle-moi donc un peu, pour me tirer d'erreur.
Où reste le glacier ? Et pourquoi celui-ci
reste-t-il tête en bas ? Et comment le soleil
peut-il passer du soir jusqu'au matin, si vite ? »
Il répondit alors : « Tu penses toujours être
au-delà de ce ventre où je me tins aux poils
de cet horrible ver qui fait au monde un trou. Tu restais au-delà, tant que je descendis :
mais, en me retournant, je t'ai fait dépasser
le point où tous les poids tendent de toutes parts.
Tu verras maintenant l'hémisphère opposé
à celui qui contient les grandes terres sèches,
juste au-dessus du point où fut sacrifié
Celui qui vint au monde et vécut sans péché ;
et tu poses les pieds sur la place précise
qui de la Giudecca fait la face opposée.
Or, il fait jour ici lorsqu'il fait nuit là-bas.
Celui-ci, dont les poils nous ont servi d'échelle,
reste planté toujours comme il le fut d'abord.
C'est de ce côté-ci qu'il est tombé du Ciel :
la terre, qui d'abord s'étendait jusqu'ici,
recula d'épouvanté et se voila des mers.
Elle se retira dans notre autre hémisphère ;
et c'est en le fuyant, à la place des terres
qui s'éloignaient d'ici, qu'elle a produit ce creux
332
.
– 205 –
Et cet endroit se trouve à la même distance
des pieds de Belzébuth, que l'empire des morts :
aucun œil n'y parvient, mais on entend le bruit
produit par un ruisseau qui vers lui se dirige
par les concavités que la molle descente
de son cours sinueux creusa dans le rocher. »
Nous partîmes tous deux par ce sentier caché,
afin de retourner enfin au monde clair,
et sans nous soucier de prendre du repos ;
et nous montâmes tant, lui devant, moi derrière,
que par un rond pertuis j'aperçus à la fin
tous les jolis objets que supporte le Ciel,
et nous pûmes sortir et revoir les étoiles.
333"

Les larmes ont coulé sur mes joues. Mais j'ai tenu jusqu'à la fin.
J'ai le dos en feu. Ma mère est essoufflée. Au sol quelques gouttes... de mon sang. C'est rare avec le martinet... mais ça arrive.
Je la regarde. Elle est de nouveau calme.
"Je t'aime Joshua, tu dois devenir meilleur, tu le comprends ?
- Oui maman.
- Nettoie ça et va dans ta chambre, réfléchir à ta conduite."

Soudain le décors change, bureau du directeur, Matthew Stend en face de moi. Il baratine son beau discours, je ne l'écoute pas, hoche la tête avec un léger sourire.
Et mon regard se pose sur mon nom, ces feuilles devant lui... un dossier. Mon dossier. Je relève la tête, Indi le tient. Elle tient mon dossier.
"Lâche ça, t'as pas le droit de le lire...
- Je suis Directrice Joshua, je protège mes élèves.
- Je ne suis pas ton élève !
- Ce n'est pas ce que j'ai dit, je dois protéger mes élèves de... toi."
Puis je tombe. Je tombe. Encore et encore sans rien contrôler.

Je hurle je hurle.

J'ouvre les yeux en sursaut.
Indi est contre moi. Foutu cauchemar. Je me redresse me défaisant de sa tête sur mon torse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 15:50

Joshua se réveille en sursaut puis l'instant d'après il se redresse. Je me redresse à mon tour et doucement je m'approche, lui met la main sur l'épaule et dit d'une voix douce
"Hey, un beau gosse qu'est-ce qui se passe"
Mes doigts caressent sa nuque et j'essaye se capter son regard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 16:20

La main d'Indi sur ma nuque. J'ai mal au dos de ce cauchemar. Je récite malgré moi, comme réponse à sa question :
"Qui pourrait dire, même en un libre langage,
Le spectacle hideux de sang et de carnage
Que nies regards alors furent contraints de voir?
Il n'est pour l'exprimer, de langue ni de style,
Et toute lèvre humaine y serait inhabile,
A peine si l'esprit le peut bien concevoir.
Quand on rassemblerait la foule infortunée,
Dans les plaines de Fouille autrefois condamnée
A répandre son sang sous le fer du Troyen 1,
Ceux de la longue guerre où tant d'hommes périrent,
Où les vainqueurs un jour sur les morts recueillirent
Tant d'anneaux, comme dit Live, un sûr historien"


Je regarde par la fenêtre, fuyant son regard trop lourd sur moi. Je suis pensif. Fini de se montrer faible. Il est temps de mener ma barque comme à New York. On arrête de faire n'importe quoi : fini les disputes inutiles et destructrices ! Les cartes que j'avais en main : je les reprends ! Fuir les situations vaines et douloureuses. Sourire, force, n'utiliser les mots que pour mon avantage. Sinon ça ne sera pas gérable avec les gars !
Ils risqueraient de ne pas me reconnaître.
Je vais juste veiller à mentir le moins possible à Indi. Rétablir notre relation à quelque chose de calme et de doux. C'est possible non ?
Garder ce que je ressens, ma frustration, mes déceptions, ma fatigue, à l'intérieur ?

Je me rallonge, je suis encore tellement fatigué dans ce corps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 18:20

Puis il se met à récité un verset.J'écoute attentive.On dirait qu'il apprit par coeur...Volontairement ? Il se rallonger. J'essayer de réveiller mes yeux.
"C'est un verset de de quels livre ? "demandais je bêtements.
Toujours redresser par rapport à lui. Mais je passe ma main sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 18:35

J'essaie de sourire.
"La divine comédie de Dante, l'Enfer, chant 28°. Ce n'en est que les premières strophes de ce 28° chant. C'est un ouvrage de pas moins de 500 pages. Je ne te le conseille pas."

Je tourne la tête vers la fenêtre, je ne veux pas voir son visage. Je suis encore trop fatigué. J'ai encore trop de toutes ces images dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:06

Joshua se retourne.Comment tu peux apprendre ça ?
''En effet,cela n'a l'air pas joyeux...l'enfer de dante"
Je voulais pas lui poser des questions, il allait les ignorait certainement
Je m'adossais au mur, j'avais croissé mes jambes.Je passais toujours ma main dans ses cheveux machinelement.Mon estomact se resserait dans mon vendre.J'attrapais la pomme sur ma commode que je croquais à pleine dents et cette chanson dans la tête...J'entends presque la voix de mon père. J'avais une idée. Bon pas brillante. Mais bon. J'essayer de changer en fonction des personnage. Une voix plus niase pour Snagarelle, et une voix hautaine pour Don juan

SGANARELLE. Vertu de ma vie, comme vous débitez ! Il semble que vous ayez appris cela par coeur, et vous parlez tout comme un livre.
DON JUAN. Qu'as-tu à dire là-dessus ?
SGANARELLE. Ma foi ! j'ai à dire., je ne sais ; car vous tournez les choses d'une manière, qu'il semble que vous avez raison ; et cependant il est vrai que vous ne l'avez pas. J'avais les plus belles pensées du monde, et vos discours m'ont brouillé tout cela. Laissez faire : une autre fois je mettrai mes raisonnements par écrit, pour disputer avec vous.
DON JUAN. Tu feras bien.
SGANARELLE. Mais, Monsieur, cela serait-il de la permission que vous m'avez donnée, si je vous disais que je suis tant soit peu scandalisé de la vie que vous menez ?
DON JUAN. Comment ? quelle vie est-ce que je mène ?
SGANARELLE. Fort bonne. Mais, par exemple, de vous voir tous les mois vous marier comme vous faites.
DON JUAN. Y a-t-il rien de plus agréable ?
SGANARELLE. Il est vrai, je conçois que cela est fort agréable et fort divertissant, et je m'en accommoderais assez, moi, s'il n'y avait point de mal ; mais, Monsieur, se jouer ainsi d'un mystère sacré, et.
DON JUAN. Va, va, c'est une affaire entre le Ciel et moi, et nous la démêlerons bien ensemble, sans que tu t'en mettes en peine.

Je marquais une pause...
"J'adore Don juan, bon malheuresment cela finit mal , mais cette pièce m fait beaucoup rire, il faudrait qu'on retourne au théâtre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:15

Je me tourne vers elle. Je déteste le théâtre. Je déteste Dom Juan. Elle me prend pour Dom Juan ? Elle croit que je lui ressemble ?
Je reste tourné vers la fenêtre.
"Je déteste Don Juan, vraiment, encore plus que La divine comédie de Dante. Faut dire que je l'ai ai appris dans le même contexte..."

Je lâche un soupire. Que les gars arrivent vite... je fatigue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:26

Bon ça c'est dit...Bon indi, tu te arrête de parler hein, tu dis que des bétises. Moi j'adore le théâtre. J'adore les comédies. J'adore comment don juan retourne l'esprit .
J'attrapais ma feuille qui était sur ma commode, avec mon crayon. Je finisais ma panthère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:32

Encore parlé trop vite...
"Molière, je peux pas, mais si tu veux je t'emmènerai voir du Jean Anouilh, Yasmina Reza, ou bien une pièce plus contemporaine."
Je regardai toujours ma fenêtre. Je ne voulais pas la vexer. Je voulais assuré. Je voulais être meilleur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:40

J'avais été maladroite, j'avais pas forcément réfléchit et don juan n'était pas le meilleur exemple.
"C'est pas grave,un moment à deux avec toi, peut m'importe le lieu, on pourrait même rester là, sur le lit, à grignoter des cochonneries c'est très bien" fis je passant ma main dans sa nuque.
Il allait pas bien. Je le sentais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:46

Je porte encore des chemises... Vous vous rendez compte ? C'était ma mère qui tenait à ce que je porte des chemises. Pourquoi j'ai pas changé de style ? Pourquoi je porte encore des foutues chemises ?!
Fallait que je m'enlève mon cauchemar de la tête, mais je n'y parvenais pas. Je ne me souviens pas souvent de mes songes nocturnes. Faut mieux pas vu l'ampleur...

"J'aime beaucoup la pièce l'art, de Yasmina Reza, le tableau blanc... la notion d'art, de beau, de valeur, et d'amitié... Leur amitié est sauvée sur la base d'un mensonge. De toute façon les mots sont de mensonges. Les mots ne veulent rien dire. Y'en a qui dise je t'aime mais qui ne savent pas ce que c'est d'aimer."

Je sentis cette rage du passé remonter. Je t'aime. Comment pouvait-elle se croire ? Moi je l'ai crue. Je la crois encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 19:58

Je posais ma feuille et mon crayon.Joshua n'allait pas bien du tout. Je ne sais pas ce que c'était ce cauchemard mais... Je me rallongeais légèrement, je posais  ma tête sur son épaule. Ma bouche était près de son oreille , je murmurais.
"Joshua...mon beau gosse. enlève ses images de ta tête, tu es réveillé. Pour le je t'aime, je suis d'accord beaucoup ne savent pas ce que cela signifie.Mais parfois, et même souvent l'inverse est aussi possible.
Pour moi, aimer quelqu'un, c'est l'aimer plus que sa propre vie...tu comprends, c'est oublié pour l'autre sans rendre compte et parce qu'on a envie. , je lui passais la main sur son bras, la vie n'est jamais facile, tu as vécu des choses que personne ne devrait avoir à vivre....Mais maintenant, tu es entouré de personne qui t'aime vraiment, qui donnerait leurs vie pour toi. Ce n'est pas un reproche, c'est une chose merveilleuse...Moi, je n'existe pas sans toi...Et ce n'est pas un mensonge , je te le promets sur le peu qui me reste. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 20:03

Je me tourne vers elle. Comment peut-elle dire ça ?! Elle ne m'a pas suivi ! Y'a huit elle ne m'aimait pas assez pour me suivre et aujourd'hui me suivrait-elle ?
"Non, chaque relation que j'entretiens est basée sur le deal : donnant-donnant. A part Luc mais lui ça compte pas. Et toi ? Je préfère qu'on en parle pas. L'amour ne veut rien dire."
Je respire un coup.
"Les gars arrivent quand ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 20:10

Sa phrase me fit mal... mais je ne voulais pas que cela se voit...De toute façon, je n'arriverais pas à le convaincre..Notre relation est basée sur un deal ? L'amour ne veut rien dire... Si il veut dire quelque chose..BORDEL SI ! Il est le problème de notre relation, Joshua ne croit pas que c'est faisable, il a pas de filet de sécurité, pas confiance....J'ai la comptine dans la tête...j'entends presque la voix de mon père..

"Je ne sais pas il ne vont pas tarder je pense, dis je en baisant la tête, j'aimerais aller prendre une douche. On a dormit 30 heure, j'ai besoin de sortir de cette état de réveil " rajoutais je en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 20:16

"Je te libère de la menotte quand tu veux !" lui dis-je avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indi
Directrice de L'institut
avatar

Messages : 2614
Date d'inscription : 01/07/2008
Age : 30
Localisation : dans les limbes...

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 20:28

"Oui mais non..Tu veux  bien te lever, j'en ai pour dix minute grand max..si te plait "  
En vrai j'avais besoin de aussi calmer sa dernière phrase dans ma tête...
"Allez joshua si te plait "
Alors qu'il allait répondre, un craquettement se fit entendre..
"Mogwaï, tu peux rentrer"  
Ma panthère rentrait la pièce toujours avec sa grâce. Et il regardais joshua avec un regard dédaigneux  puis moi auquel il fit un signe de le suivre
Je me levais, j'enfillais mes chaussures.
"Les garçons sont là. Ils font qu'on descende"
Mon ventre faisait toujours du bruit. Moi, qui rêvait de cette douche. Et cette chanson qui tournait dans ma tête. Tout en lançant mes lacets,je la récitais, mais sans parler.Juste mes lèvres qui bougeait...Je voulais la chasser de ma tête...Je l'adorais cette chanson, mais ]associé au parole de joshua elle me faisait plus de mal que de bien.

Perdu dans le néant
Sans effort tu apparais
Le son du tonnerre
Résonne dans tes oreilles
C'est un slow
La chance de se transformer
Une pause dans le silence
Habite le calme de l'orage

C'est ton océan
Un océan de nuit
C'est un océan
Ton océan de nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecoledesuperheros.forumsactifs.com
Joshua. R
Gardien
avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 05/08/2016

MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    Mer 28 Sep - 20:51

Je me lève avec difficultés et entreprends de descendre avec Indi. Tellement heureux de revoir les gars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le 09/09/ 2016 à 8h : doux réveil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Doux réveil...
» SGA -Un doux réveil - McShep - G
» Doux réveil sur LU
» doux leurres
» Poèmes tous doux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stend's institut :: Niveau 3 :: Chambre du directeur-
Sauter vers: